TOTO & LOLO au CAMBODGE

21 juillet 2019

CAMBODGE... J -3

3 jours exactement nous séparent du Cambodge.

Le vol :
Toulouse - Munich / Munich - Bangkok / Bangkok - Phnom Penh

Cette fois nous voyagerons en mode "light", sac à dos et transports en commun, en réservant les hébergements au fur et à mesure du parcours. Seule la 1ère nuit est réservée à Phnom Penh au SARAVOAN ROYAL PALACE (parce qu'on le vaut bien - merci Kate !).

IMG_20190720_134543 (1)

Aidés de nos amis, collègues et de la lecture de nombreux carnets de voyage sur le site Voyage Forum, le programme est plus ou moins finalisé.

Nous nous adapterons sur place, au gré des rencontres, des lieux, et grâce aux conseils avisés d'Alan, propriétaire de l'hôtel avec qui nous sommes en contact depuis le début de l'année.

parcours

Lectures avant le départ :
- KAMPUCHÉA de Patrick Deville
- L'ELIMINATION de Rithy Panh
- D'ABORD ILS ONT TUÉ MON PÈRE de Loung Ung
- UNE ODYSSÉE CAMBODGIENNE de Haing Ngor

Mise à jour des infos en fonction des connexions bien sûr. Pour ne rien louper, inscrivez-vous sur la newsletter !

A bientôt !

Posté par Reflexe à 20:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 juillet 2019

27 juillet - PHNOM PENH

Nous voici arrivés enfin.... nous nous rendons à l'hôtel en tuk-tuk et là,  nous plongeons direct dans le vif du sujet. On comprend vite pourquoi il etait déconseillé de louer une voiture. Circulation complètement désordonnée,  le code de la route existe-t'il ? 

On arrive fourbus à l'hôtel, à 14h heure locale, sous une chaleur moite. La chambre est superbe, douche et repos avant de rencontrer Alan le propriétaire, qui nous communique bons plans et infos précieuses sur la ville, l'histoire du pays et ses habitants.  

Au moment de partir en balade, il nous propose un parapluie car il se demande s'il ne va pas pleuvoir. A peine il termine sa phrase que le ciel nous tombe sur la tête  !

Un quart d'heure plus tard on parcourt enfin les rues grouillantes. Depuis l'hôtel : boulevard Norodom, monument de l'indépendance, allée Sihanouk, Palais Royal, pagode d'argent et Sothearos boulevard. C'est un mélange de buildings ultra modernes et de bâtiments traditionnels.

IMGP5819

 

IMGP5816Palais Royal

IMGP5812

 

IMGP5809

La nuit tombe lorsqu'on s'arrête manger au FCC que l'on trouve au hasard : vieux repaire de journalistes et d'aventuriers du monde entier, style colonial, grandes arcades et ventilateurs en bois.

Nous mangeons face au Mekong du poulet teriyaki et poulet cambodgien au curry, excellent. L'air est doux. Des bateaux éclairés par des guirlandes lumineuses traversent sous notre nez, enfin nous y sommes...

 

 

 

 

Posté par Reflexe à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2019

28 juillet - PHNOM PENH

Journée à la découverte de Phnom Penh.

Il fait chaud, cela reste supportable. On est dimanche mais l'agitation reste identique à la veille. Pour traverser la rue, c'est souvent périlleux car ici le piéton n'est pas roi, y compris sur les passages cloutés. 
Les rues sont sales, beaucoup de détritus partout, il faut regarder où l'on met les pieds. 
En s'enfonçant dans des petites ruelles, on découvre ce qui semble être une école, près d'un cimetière. 

IMGP5826

Chaque bout de trottoir est occupé : mécaniciens, vendeurs de toutes sortes, coiffeurs etc. ..
Les moines sont reconnaissables à leur tenue orange, même s'il faut qu'on se méfie : certains se déguisent ainsi juste pour quémander de l'argent. 

IMGP5822Coiffeur sur le trottoir

IMGP5831

IMGP5834

IMGP5837

Visite du marché central : le Psaar Thmay. Halles jaune style colonial/art déco composées d'une coupole et quatre ailes qui comportent 2000 stands !!
Après les allées minuscules où l'on trouve artisans, esthétique, vêtements, vaisselle, et le hall central où se trouvent les bijoutiers, ce sont les étalages de fruits et légumes, les poissons et crustacés, la viande, les fleurs, les herbes, les soupes et un nombre infini de préparations culinaires totalement inconnues de nous. 
Odeurs d'encens, de citron vert, puis de poissons séchés, de viandes, de sauces.... Les poulets sont égorgés sur place, les pieds baignent dans le sang... 

IMGP5853

IMGP5857

IMGP5864

IMGP5887

IMGP5873

IMGP5908

IMGP5867

IMGP6049

Les gens sont d'une gentillesse remarquable. Les prendre en photo ne leur pose aucun problème, les échanges sont toujours accompagnés d'un sourire, du plus jeune au plus ancien. 
Après ce bain de foule, arrêt dans un centre commercial (qui poussent comme des champignons et commencent à dénaturer la ville) pour acheter une carte sim.

IMGP5843

IMGP5844

IMGP6039

IMGP6045

IMGP6031

IMGP5964

IMGP6060

Nous mangeons poulet, crabes et crevettes sur le marché au milieu d'odeurs parfois écoeurantes, la vraie vie quoi ! Une vieille dame nous offre du chou cuit qu'elle dépose dans nos assiettes, elle refuse notre argent... Tout ça avec un sourire extraordinaire. 

IMGP5891

IMGP5928

IMGP6075

IMGP5870

IMGP5849

IMGP5881

IMGP5859

Il fait chaud et lourd quand nous partons visiter le Wat Phnom (sanctuaire sacré le plus ancien de la ville), jolie pagode perchée sur un promontoire. JO pense ne pas pouvoir rentrer, elle a les épaules nues et a oublié son foulard à l'hôtel, mais ils l'acceptent. Les gens font des offrandes (fleurs de lotus, bonbons, argent...) L'encens brûle en permanence. Décor chargé et très coloré. Ambiance de recueillement. 

IMGP5932

20190728_161744

IMGP5952

IMGP5962

Nous rejoignons le quartier colonial, les bâtiments sont en ruine, certains habités mais dans quelles conditions.... La végétation commence à prendre le dessus tandis qu'à côté, d'énormes chantiers sont en cours. 
On se demande s'ils seront réhabilités ou rasés. Mais ça vit, les uns nettoient leur voiture, les autres jouent au volley et un autre sport qui s'y apparente : 2 contre 2 et engagement au pied. 

IMGP5968

IMGP5972

IMGP5976

IMGP5966

Poste magnifique, en face du Manolis Hôtel.  Certaines rues sont colonisées par des bars qui ne laissent aucun doute sur leur activité nocturne. Sur les toits et les fils électriques, des singes qui s'épouillent ou observent la vie d'en bas.

IMGP5983

IMGP5999

IMGP5996

IMGP5988

Après une belle pause dans cette rue qui commence à s'agiter, visite du marché couvert Psaar Chah, il est 17h et ça grouille de vie. Les stands sont minuscules, les allées étroites, c'est un microcosme à lui tout seul. 
A chaque fois que l'on parle avec un cambodgien, il a de la famille en France, ils adorent nous en parler.

IMGP6047

IMGP6050

IMGP6063

IMGP6071

IMGP6072

IMGP6088

IMGP6097

IMGP6078

A 18h30, il fait nuit. On part sur le marché de nuit, et nous mangeons sur place (nouilles en sauce, crevettes en beignet, poulet) à même le sol où des tapis colorés ont été installés. C'est très familial, population très jeune et comme depuis notre arrivée, très très peu de touristes. 
On reste longtemps "à table" pour le plaisir de cette ambiance unique. On se régale. 

IMGP6104

IMGP6018

IMGP6017

Retour à l'hôtel par les quais qui longent le Mékong, où jeunes et vieux dansent au son d'une méga enceinte. Puis sur le retour, des femmes accostent Chris pour lui proposer un massage.....nous rentrerons bras dessus, bras dessous ! 

IMGP6123

Posté par Reflexe à 17:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 juillet 2019

29 juillet - PHNOM CHISOR et TONLÉ BATI (à 60 km de Phnom Penh )

Aujourd'hui, un chauffeur, réservé par l'assistante d'Alan, vient nous chercher devant l'hôtel pour nous amener à Tonlé Bâti et Phnom Chisor, deux sites que nous n'avions pas prévu de faire mais vivement conseillés par Alan. 
Notre chauffeur, Mister Coy, nous attend à 9h, et nous partageons la course avec Ulrich, un touriste allemand qui connait très bien les Pyrénées, Pau et nous dit qu'il y avait très bien mangé (quelqu'un de bien quoi).
Mister Coy conduit comme tout Khmer qui se respecte : comme un dingo ! C'est le plus gros qui a la priorité, donc quand il double, les Tuk tuks ou scooters qui arrivent en face n'ont qu'à se pousser. Par contre, il perd son autorité face aux camions. Gloups... le klaxon ne sert qu'à se manifester, il n'y a aucune agressivité, mais leur conduite est un véritable tour de force, et personne ne bronche. 
La campagne n'est pas particulièrement belle, c'est tout ce qui s'y passe qui est intéressant. Sur les 60 kms parcourus, partout des vendeurs de tout et de rien. Une vraie fourmilière, dans le bruit, la poussière, et une circulation d'enfer. Des étalages de viande en bordure de route, qui doit être panée de poussière et d'hydrocarbures en fin de journée. Les énormes camions de chantier roulent à tombeau ouvert en rasant les stands des bords de route, avec des enfants qui entrent de sortent de partout.
De temps en temps, un champ de riz ou de fleurs de lotus, mais du plastique à perte de vue... pas un mètre carré de terre sans plastique... 
Arrivés au pied de Phnom Chisor, ce sont 300 marches qu'il faut monter sous une chaleur moite. Plusieurs temples surplombent la plaine, on aperçoit au loin les buildings de Phnom Penh. On trouve ici plusieurs pagodes et les ruines d'un temple, un avant goût d'Angkor. 

IMGP6155

Fleur de lotus

IMGP6151

IMGP6125

IMGP6169

IMGP6196

IMGP6176

IMGP6180

IMGP6188

Puis retour sur nos pas pour nous arrêter au Tonlé (lac) Bati et son temple, en ruine aussi. Parmi chaque renfoncement, des personnes nous interpellent pour acheter fleur de lotus, encens, bougies pour faire des offrandes à Bouddha. On marche une fois mais après c'est trop, on est un peu harcelés, on aime bien Bouddha mais pas au point de leur acheter tout le stock ! En fait, on se rend compte qu'il y a ici beaucoup de mendiants.

IMGP6218

On file sur le Tonlé Bati dont le niveau est bien bas. C'est vraiment la morte saison ici car toutes les payottes sur l'eau sont vides alors qu'elles étaient censées abriter des restaurants. 
C'est magnifique, et encore mieux sans personne ! On trouve quand même de quoi manger, car on nous a vu arriver. C'est donc sur une paillote qui a les pieds dans l'eau, sur des tapis, que l'on nous sert poisson, riz excellent et poulet après une pause sur des hamacs. Juste trois, pour Ulrich et nous. On prend tout notre temps, discutons beaucoup, il y a un petit air bienvenu qui ne nous incite pas à bouger. 
Un vieux monsieur sur sa barque passe et repasse devant nous sans arrêt avec un grand sourire quand il voit qu'on le photographie. Une autre barque avec femmes et enfants passent devant le peu de paillotes occupées pour vendre de la nourriture qu'elles cuisinent à même la barque.
Le fond sonore est assuré par des ados sur la paillote à côté avec leur enceinte qui débite une musique pas traditionnelle du tout ! Quand ce ne sont pas les bateaux de promenade qui se baladent avec une enceinte plus grosse que leur moteur, tantôt du hip hop, tantôt des chansons romantiques, c'est trop drôle. 

IMGP6276

IMGP6261

IMGP6284

IMGP6292

Il est déjà 16h, la lumière est parfaite pour refaire quelques photos, vert éclatant et reflet parfait des paillotes sur l'eau. Ulrich n'a pas l'air motivé du tout pour décoller, ce qui nous va très bien. 
Douceur de vivre...

IMGP6307

IMGP6301

IMGP6309

IMGP6305

IMGP6304

Retour en fin d'après-midi après une traversée folle de Phnom Penh, c'est étourdissant. 1h45 pour parcourir 30 km de route pourtant goudronnée...

Nous poursuivons la soirée avec Ulrich, parce que nous adorons sa compagnie, c'est une adorable personne. Petit rafraîchissement à l'hôtel avant la douche, et nous nous retrouvons pour aller manger ensemble. Le restau conseillé par Alan étant complet, Ulrich nous propose d'aller manger chez "friends", restaurant où les jeunes serveurs, issus de la rue, sont réinsérés pour apprendre le métier. Nous mangeons à l'extérieur d'une maison coloniale, il fait bon et c'est vraiment délicieux, les produits sont frais et les mélanges de saveurs un vrai plaisir. Et on tchatche, on tchatche... avant de rejoindre nos pénates, non sans avoir échangés nos adresses et promis de nous revoir absolument.

Dans la rue de notre hôtel se trouvent pas mal de salons de massages mais aussi de galerie de peintres. 

IMGP6124

 

Posté par Reflexe à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2019

30 juillet : BATTAMBANG

Le minibus est à l'heure. 
5h de route (soit 300 km) nous attendent pour rejoindre Battambang, où nous avons réservé 2 nuits à la Sangker Villa Guesthouse, vivement conseillé par Christophe qui y était ce début d'année. Il reste une chambre 😀
Nous longeons le Mekong sur pas mal de kilomètres avant de sortir de Phnom Penh. Un arrêt de 30 mn nous permet parcourir à pied une avenue où se trouvent artisans et échoppes en tout genre. 

IMGP6315

IMGP6318

IMGP6326Castorama 

IMGP6332Leroy-Merlin

Ce n'est qu'après 1h30 de route qu'on arrive enfin en campagne, champs de riz verts fluos et palmiers, parsemés de magnifiques maisons sur pilotis de toutes les couleurs. Arrêt photo impossible hélas. 
Puis nous traversons Kampong Chhnang, dont les rues sont bien plus propres que la capitale. 
Beaucoup de potiers sur le bord de la route, formes et couleurs pétard au choix.
Bientôt à droite, le Tonlé Sap, le plus grand lac d'Asie du Sud est, sur lequel se trouvent des villages flottants. 
Très peu d'espaces vierges durant ces 5h de route. C'est une enfilade perpétuelle de maisons et de "magasins" en tout genre : bois, matériaux de construction, boissons, friandises, ferraille, mobylettes, œufs, robes de mariée, épiceries, outils, gargotes, pneus, mobylettes, vêtements, jouets, mobylettes, panier d'osier, meubles..... Et tout le long, du plastique, des déchetteries à ciel ouvert en bordure de route.
On voit tout de même de temps en temps des espèces de recycleries de cartons et de bouteilles en plastiques, qui finissent dans d'énormes ballots, et sûrement collectés pour être recyclés. Le début d'une prise de conscience ?? 
Quel dommage de ne pouvoir emprunter les pistes qui s'enfoncent dans la campagne...
Les cimetières sont repérables de loin, avec une pagode centrale entourée de statues gigantesques très kitsh, et de tombes énormes, colorées, toujours nickels. Certaines sont plus grandes que les maisons des "vivants". 
Arrivons à 14h à la Sanker Guest House, et on se sent comme à la maison, superbe ambiance, odeurs d'huiles essentielles, jolie déco zen, et excellent accueil de Christine et Thibault. (Merci Christophe pour ce bon plan!).
C'est Yaya qui nous prépare de quoi grignoter ici même, au bord d'une jolie piscine, et prenons les renseignements pour notre programme de cet après-midi et de demain.
Des vélos sont à notre disposition, qu'on enfourche pour aller voir une école de moines ados. Ils sont très heureux de discuter avec nous, nous expliquent leurs rêves, ce pourquoi ils étudient etc... Ils vivent sur place, au sein de l'école avec leur famille comme c'est souvent le cas. Ils nous demandent ce que l'on pense du Cambodge, des gens, et si on les trouve beaux ! Éclats de rire général !! Ils sont tous d'une gentillesse remarquable. 

IMGP6377

IMGP6380

IMGP6371

IMGP6387

IMGP6375

IMGP6355

IMGP6364

IMGP6370

Dans tout le pays, il n'y a que 3 églises catholiques, dont une à Battambang, que nous trouvons en traversant les petits quartiers vivants. Sa particularité ? Les gens ne s'assoient pas sur des bancs mais sur des nattes au sol. 

IMGP6396

IMGP6394

Puis direction le vieux marché, avec à l'étage des échoppes de robes de mariée et de tissu. Lors d'un mariage Cambodgien, les femmes changent plusieurs fois de robe. Ici, les couturières travaillent sur place, on arrive un peu trop tard pour les voir à l'œuvre. C'est très coloré. 

On passe devant une pagode, on rentre dans l'enceinte et on voit des hommes jouer à une espèce de badminton mais sans filet et avec les pieds. On s'arrête et on essaye de jouer.... Tant bien que mal. Du coup ce sont eux qui nous prennent en photo !! 
Plus loin, on tombe sur une partie de pétanque, dingue ! 

IMGP6406

IMGP6405

IMGP6404

IMGP6401Partout dans les rues, les marmittes bouillonnent !

IMGP6410

On continue à pédaler au gré des rues. Finalement, malgré la circulation désordonnée, on se sent en sécurité car tout le monde fait attention à tout le monde.  
La nuit commence à tomber, retour à l'hôtel et plouf bien mérité ! 

IMGP6418

Posté par Reflexe à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 juillet 2019

31 juillet : BATTAMBANG

Après un délicieux petit déjeuner au bord de la piscine, nous partons pour la journée avec Nani qui est une encyclopédie à lui tout seul et parle un anglais parfait.

IMGP6423Il connaît aussi pas pas mal d'expressions françaises : cool Raoul, en voiture Simone, en avant la musique, il a beaucoup d'humour. Explications sur l'origine de la ville, l'état des routes (celles en meilleur état sont financées par des investisseurs privés chinois et japonnais). Nous parle de sa famille, notamment son beau-père qui est fermier, et dont la vie est très dure car le riz se vend de moins en moins cher, le manque d'eau n'arrangeant pas la situation. Il est obligé de faire des emprunts... auprès de banques Chinoises... 

Nous empruntons le Bambou Train et traversons les rizières sur un chariot. 

IMGP6446

IMGP6426

Nous passons à la pagode Somrong Knomg, dans l'enceinte de laquelle se trouve un temple où étaient emprisonnés les Cambodgiens sous les Khmers rouges.

IMGP6450

Visite de la fabrique de poisson séché, que l'on sent avant de l'apercevoir.... 
Du poisson venant parfois de Thaïlande arrive par voiture. Ils sont découpés, vidés, répartis selon les morceaux. Certains sont séchés, d'autres marinent dans de la saumure pendant 6 mois à un an selon les contenants. Les gens travaillent à même le sol, dans des conditions....

IMGP6487

IMGP6473

IMGP6462

IMGP6480

Plus loin, une famille réalise des feuilles de riz servant aux nems et rouleau de printemps, feuilles qui sont vendues sur les marchés. 
Conditions artisanales et uniques, Nani nous explique que personne n'a les moyens d'acheter des machines, et tout est importé de Thaïlande, bien mieux équipée. On se régale.

IMGP6505

IMGP6511

IMGP6496

Une autre famille fait sécher des bananes, en les coupant manuellement en lamelles ultra fines, déposées sur des bambous et séchées au soleil. Elles sont ensuite frites, c'est excellent.

IMGP6514

IMGP6516

IMGP6519

IMGP6523

Nous longeons une "rivière" sur plusieurs kilomètres, et sommes surpris de voir que sur les bords, tout est détruit, plus une seule maison sur pilotis. Nani nous explique que les coréens ont privatisé ce canal et ont expatrié tout le monde. Le gouvernement a créé une loi leur permettant de le faire, en échange de 40% de la valeur de leur propriété.... Seuls ceux qui ont graissé les pattes ont pu avoir un sursis pour prendre le temps de partir. 

IMGP6531

Nous allons ensuite dans la maison d'une famille qui fabrique de l'alcool de riz... Artisanat toujours, avec un alambic incroyable. Ici, la population boit plus d'alcool de riz que de bière (c'est moins cher). On en goutte 3 sortes : un normal, un parfumé avec des mangues et le dernier dans lequel des serpents ont macéré, censé apporter la vigueur aux hommes. On a préféré le gingembre !

IMGP6529

IMGP6530

Visite du temple hindou Ek Phnom (plus vieux qu'Angkor) qui s'effondre petit à petit et d'une extraordinaire pagode.

IMGP6565

IMGP6551

IMGP6560

IMGP6561

IMGP6559

Nous mangeons en bordure de route. Chris Mange des grillons, mission impossible pour moi. Ils vendent des brochettes de chauve-souris et de rats.... On peut même manger des oeufs de canard de 18 jours, c'est à dire qu'on mange des foetus.... 

IMGP6541

IMGP6539

Visite d'une maison traditionnelle Khmer. Mister Bun nous donne beaucoup d'infos sur la situation du pays, c'est dramatique. 
Après avoir vu des champs de piments, Nani nous montre une ferme dont la spécialité est la culture des champignons. La méthode : ils mettent dans une poche plastique du compost et des champignons broyés. Ils laissent fermenter sous une grande bâche en plastique pendant un mois, les champignons poussent et sortent par un orifice, ils les coupent à chaque fois qu'ils repoussent, et ça, pendant 5 mois.

IMGP6583

IMGP6588

Nous passons par des pistes à travers les palmiers,  bananiers et arrivons à un pont suspendu sur lequel Nani ne veut pas passer.

IMGP6578

IMGP6575

IMGP6576

IMGP6581

Nani est intarissable, le temps passe très vite, ce qui fait que l'on ne verra pas certaines pagodes, nous filons dare dare à la "bat cave" (caverne des chauve souris) au coucher de soleil. Vue superbe sur les palmiers, les rizières, et les montagnes limitrophes avec la Thaïlande à l'heure où les chauves souris sortent de la cave. 
Rentrons de nuit, mais avant de rejoindre l'hôtel, Nani nous amène chez lui, car il pense avoir ce que Chris cherche à ramener : une plaque d'immatriculation du pays. En effet, il y en a bien une sur l'antique moto de son grand père, avec une bien triste histoire puisqu'il a fuit les Khmers rouges avec. Donc voilà Chris ravi avec son Graal en main.  

IMGP6606

Il est 20h30 quand on arrive à l'hôtel.


Posté par Reflexe à 03:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 août 2019

1er août : SIAM REAP (site d'Angkor)

Nous pensions pouvoir rejoindre Siam Reap par voie d'eau, hélas le niveau de l'eau est trop bas, ce sera donc par bus.

L'air est sensiblement plus frais ce matin, il a plu toute la nuit. Au contraire de nous, les paysans attendent que la saison des pluies démarre enfin...Tout Le long du voyage, des champs de riz à perte de vue. 

Après 4h de bus pour 170 km, nous arrivons à l'hôtel Blossoming Ruomdol lodge (merci Christophe) tenu par une famille de Cambodgiens. C'est propre, calme et l'accueil est toujours aussi remarquable. 

En arrivant aux abords de la ville, succession d'hôtels démesurés et clinquants, dignes de Las Vegas, très prisés par les Chinois et pour la plupart construits par eux. 

Le proprio nous explique comment s'y prendre pour nous rendre aux temples d'Angkor. Il nous commande un tuk-tuk pour y aller et réserver pour la journée de demain. Le site est immense, on essaiera de visiter les principaux temples, une semaine ne suffirait pas à tout voir. En attendant on mange au restau de l'hôtel, très bonne cuisine locale. 

Il se met à tomber des cordes... la pluie s'arrête quand arrive le tuk-tuk. La Baraka...

Quand on arrive dans le bâtiment pour réserver les places, on se croirait dans un aéroport, avec pas moins de 45 guichets. Réservons pour 1 journée (de 5h à 17h). 

En cette fin d'après midi, nous avons la possibilité de voir un temple au coucher du soleil gratuitement (le Ta Prohm), et un autre qui ferme à 19h (le Pre Roup). 

Pour le coucher du soleil, c'est fichu, le ciel est bouché. C'est grandiose. La lumière n'est pas extra, mais à cette heure-ci, nous ne sommes que très peu de touristes, on pense avoir la chance de faire des photos sans un pèlerin ! Demain sera une autre paire de manche, on est préparés mentalement. 

C'est toujours pareil avec les sites mondialement connus, on a beau savoir par cœur à quoi ils ressemblent, c'est autre chose que d'être sur place. Il suffit maintenant de regarder les photos, toute l'histoire est sur Wikipédia 😀

Temple Ta Prohm

IMGP6620

IMGP6625

IMGP6629

IMGP6631

IMGP6626

IMGP6640

IMGP6642

IMGP6650

IMGP6637

IMGP6645

IMGP6656

IMGP6660

Temple Pre Roup

IMGP6683

IMGP6670

IMGP6676

IMGP6667

La nuit tombe à 18h30, on revient en ville pour voir le vieux marché, en passant par la Pub Street, une horreur : restaurants et boutiques les uns sur les autres.

IMGP6689

IMGP6703

IMGP6698

IMGP6700

IMGP6692

On suit les conseils du routard pour manger au Socheata dans une minuscule ruelle, cuisine cambodgienne. 

Demain réveil à 4h pour décoller à 5h. 

 

 

 

 

Posté par Reflexe à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2019

2 août : TEMPLES D'ANGKOR

Décollons comme prévu à 5h avec Touck comme chauffeur. Peu de monde dans les rues de la ville hormis ceux qui terminent leur nuit en dansant dans la rue, et ceux qui installent déjà leur petites boutiques roulantes.

Il fait nuit, traversons une forêt magnifique. Il a plu et les effluves des différentes essences d'arbres remontent. Pas moins de 120 000 personnes vivent dans l'enceinte du site, tout le monde se réveille, les marmites fument déjà, les femmes balayent devant leur porte, les échoppes s'installent. 

Normalement, le parcours commence par Angkor Wat, le plus célèbre des temples, mais pour avoir la paix, on commence par le dernier, BANTEAY SREY, qui est à 34 km. 

Arrivés sur place, on se rend compte que ça n'ouvre qu'à 7h30, soit 1h30 d'attente !! 

Heureusement, Chris tente de rentrer quand même, les contrôleurs arrivent tout juste pour s'installer et par chance, ils nous laissent commencer la visite ! La Baraka !! Le site est à nous pendant plus d'une heure. Un surveillant sur place, en échange de 5 dollars, nous propose de nous faire passer là où l'accès est interdit, ce qui fait que nous approchons les sculptures spectaculaires qu'on n'aurait jamais pu voir de si près. La Baraka !! 

IMGP6707

PSX_20190802_130210

PSX_20190802_130118Détail des fines ciselures en relief d'un mur

PSX_20190802_130030

PSX_20190802_125820

Les temples d'Angkor sont tous différents les uns des autres, ils sont difficilement descriptibles tellement ils sont grandioses. C'est pourquoi on va juste poster quelques photos, pour les impressions il faut venir voir sur place.

Temples visités : PREAH NEAK PEAN / PREAH KHAN / BAYON / BAPHUON / ANGKOR WAT

IMGP6817

IMGP6849

IMGP6857

IMGP6855

IMGP6865

IMGP6872

IMGP6902

IMGP6904

IMGP6931

IMGP6909

IMGP6980

IMGP6975

IMGP6976

IMGP6966

IMGP6971Gagnant du concours du plus grand nombre de selfies

 Quelques singes viennent chercher de quoi grignoter. Certains prennent la pose, d'autres s'occupent. 

IMGP6941

IMGP6945

IMGP6939

Le ciel est resté couvert toute la journée hormis une petite fenêtre d'un quart d'heure, c'est bien dommage la lumière n'est pas géniale pour le rendu des photos. Par contre, l'eau bue n'a pas le temps d'arriver à la vessie tellement on transpire !

Nous rentrons à l'hôtel lessivés... donc plouf mérité à la piscine de l'hôtel, suivi d'un mojito & piñacolada, avant d'aller manger en ville (Lok Lak et amok).

Hier nous avons réservé pour la journée de demain une excursion privée Toto & Lolo sur le lac TONLÉ SAP, visite des villages flottants et nuit chez l'habitant. 

Posté par Reflexe à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2019

3 août : TONLÉ SAP / KOMPONG KHLEANG

A 9h, Rin, notre chauffeur, vient nous chercher à l'hôtel accompagné de Sovann, notre guide.

Sauvann nous explique que cette année est catastrophique pour le tourisme Européen en forte baisse, mais aussi pour l'agriculture car depuis mai, il n'a pas assez plu. Normalement à cette époque de l'année, le riz est bien plus avancé et les cours d'eau sont hauts. Donc chômage et énormes complexes hôteliers en cours de construction à l'arrêt. 

D'où le nombre important de personnes qui partent travailler illégalement en Thaïlande, qui, s'ils se font attraper, risquent la prison et la confiscation de tous leurs biens. Il existe un vrai problème d'exode rural.

Sur la route, des vendeurs de "krolan" : du riz, haricots, sucre et lait de coco cuit directement dans des bambous. On retire la surface brûlée qui sert à alimenter le feu, et on mange l'intérieur, une sorte de pudding au goût de coco, c'est très bon. 

IMGP7004

Arrêt sur un vieux marché. Encore de belles scènes et toujours ce sourire omniprésent, ces rires, cette gentillesse. 

IMGP7029

IMGP7023

Puis nous nous approchons du Tonlé SAP, qui n'est pas à son niveau le plus haut. On peut emprunter la route qui est innondée à la saison haute et donc impraticable. Trois millions de personnes vivent autour de ce lac, sur des maisons sur pilotis ou villages flottants qui se déplacent au gré des crues et décrues et selon les besoins.

Afin de faire profiter un maximum de monde des bénéfices du tourisme, l'accueil se fait chaque fois dans des familles différentes. C'est un avantage pour eux mais aussi pour nous. 

Arrêt dans la maison sur pilotis de Teav, avec qui nous allons préparer le repas composé d'une soupe (ail/gingembre frais/coriandre/patates/ananas/verdure/tomates vertes), de poisson frit avec ail et gingembre, de légumes frits (carottes/patates/haricots verts extra longs/gingembre frais), le tout dans 2 woks au feu de bois. C'est une foison de saveurs. Elle nous offre un dessert à base de riz qu'elle vend au marché.

IMGP7048

IMGP7079

IMGP7099

IMGP7148

Sa maison est un petit havre de paix, très bien entretenue et toute simple, meublée avec le strict minimum, ce n'est pas du tout l'impression que l'on a de l'extérieur, où les maisons semblent bien plus petites et plus fragiles. 

IMGP7072

IMGP7067

IMGP7076

IMGP7084

IMGP7103

IMGP7125

IMGP7131

En chemin, pour aller naviguer sur le Tonlé Sap, on assiste en pleine rue à une scène étrange, en présence de moines : c'est une fête en l'honneur de grands parents, c'est une coutume cambodgienne, l'occasion également de commémorer la mémoire des défunts. 

IMGP7155

Nous parcourons quelques kilomètres avant d'arriver au Lac, parmi les villages flottants. Pour la plupart, ce sont des familles de vietnamiens qui vivent là, l'eau du lac leur fournissant plus de poissons pour nourrir leur famille qu'ailleurs, et peuvent changer d'endroit comme bon leur semble. 

IMGP7176

IMGP7185

IMGP7190

IMGP7197

IMGP7209

IMGP7215

IMGP7228

IMGP7230

IMGP7233

IMGP7238

IMGP7248

IMGP7319

IMGP7340

IMGP7344

IMGP7346

Certains préfèrent les bras du lac, d'autres s'installent directement sur le lac, où, quand les moteurs s'éteignent, règne une paix incroyable. Pour nous, ces images illustrent la liberté, mais pour eux qui dépendent de la qualité de leur pêche, c'est autre chose. 

Tout au long de la balade, c'est un va et vient incessant de barques à moteur qui font un bruit phénoménal.

IMGP7290

IMGP7295

IMGP7308

Arrêt dans une famille où une nuée d'enfants nous accueille, c'est là que nous passerons la nuit. C'est incroyable comme ces maisons sont immenses. Parfois, quand les familles sont voisines, il y a une petite passerelle pour éviter de descendre et remonter les hautes marches. 

En octobre, le lac est à son niveau le plus haut, c'est-à-dire 12 m (1 m de profondeur en ce moment sur l'intégralité des 316 000 ha), et arrive à fleur des maisons, d'où ces pilotis de plus de 10 m. Les pieux ne sont même pas fixés par du béton, ils tiennent juste entre eux.

Ici, la majorité vit de la pêche. Sur les espaces vierges lorsque l'eau se retire, on pratique la culture de haricot (le sol est très fertile) et de riz bien sûr (3 récoltes par an contre 2 dans le reste du pays).

Tous les enfants de la maison sont avec nous, les filles veulent améliorer leur anglais et veulent nous parler. Quand on a du mal à se faire comprendre, les dessins sont bien utiles.

IMGP7386

IMGP7387

IMGP7399

IMGP7416

IMGP7421

 Le repas est composé du poisson du Tonle Sap (black-fish), riz, légumes, sauces au gingembre ou lait de coco, c'est frais et excellent. Petite douche car ces maisons sont équipées comme les nôtres, sauf que l'intégralité des évacuations part... au sol.

IMGP7388Nos voisins de palier, la famille Lacoste (chez la fille de la dame qui nous reçoit). Ils finiront en sacs à main...

IMGP7390Vue depuis notre balcon

Puis ce sont des échanges avec toute la famille réunie, tous assis en tailleur, possibles grâce à Sovann qui traduit nos questions et nos réponses car il sont aussi curieux que nous. On leur montre des photos de nos familles (ils sont en admiration devant nos nez !), notre région. Super moment en leur compagnie, et pour nous, c'est une riche expérience. 

Posté par Reflexe à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2019

4 août : KAMPONG CHAM

Nous sommes réveillés très très très tôt avec l'impression que des tracteurs nous passent dessous... Il s'agit des petites embarcations qui partent vers le lac, et plus le temps passe, plus le traffic est dense, et le bruit juste supportable. 

Le petit déjeuner est composé de riz collant, du riz dans son eau de cuisson (ce que Sovann appelle "une sorte de porridge") et du poisson séché. 

Les adieux faits à cette adorable petite famille, arrêt au marché et au cimetière. Ici c'est la crémation qui prime, et en échange d'une donation au moine supérieur, ils peuvent construire leur "stûpa" (tombe) dans l'enceinte de la pagode. Ils peuvent également répandre les cendres dans le lieu de leur choix.

IMG_20190804_074535

IMGP7440

IMGP7445

IMGP7454

Pour avoir accès à l'éducation et aux diverses connaissances (et ainsi trouver plus facilement une épouse), il est préférable pour les garçons de devenir moine, avec le choix de le rester ou non. 

PSX_20190805_040446

PSX_20190805_041726

PSX_20190805_151226

Nous remercions chaleureusement Sovann pour sa gentillesse, disponibilité, sans qui nous n'aurions jamais pu vivre cette expérience ni communiquer avec cette famille Khmère. C'était un vrai luxe que d'être en immersion totale et seuls touristes. Bravo à l'agence Buffalo trails. 

Arrivons à Kampong Thom à 11h30 et cherchons un moyen pour nous rendre à Kampong Cham sans trop attendre. Dès la descente du bus sommes assaillis de propositions ! Nous choisissons de rester en immersion en prenant un taxi collectif, nous ne sommes qu'avec des locaux. Nous traversons la campagne : rizières, avocats, hévéas, maïs...

Départ à 11h45 pour arriver à Kampong Cham à 14h. Tuk tuk pour nous rendre à la Guest House Tmor Da, au bord du Mékong. Là, Dari qui parle parfaitement anglais et même français, se fait un plaisir de nous aider à organiser les déplacements de nos prochaines étapes, elle nous réserve tuk-tuk, taxi privé et bus pour les trois jours à venir. Nous la remercions, et elle-même nous remercie de contribuer à aider la population en venant dans son pays, le tourisme étant en réelle baisse, les investisseurs étrangers détruisant les ressources et l'authenticité du Cambodge, elle est heureuse que l'on puisse voir son pays tel qu'il est. C'est un discours qui revient fréquemment... 

PSX_20190805_154346Le Mekong

Cet après midi, nous faisons le tour de l'île de Koh Paen en tuk-tuk, où l'activité principale est l'agriculture : maïs, banane, papayes etc...  Maisons en bois colorées très mignonnes au milieu d'une belle végétation.

PSX_20190805_152853

PSX_20190805_152920

PSX_20190805_153022

PSX_20190805_153110Coiffeur

PSX_20190805_153152

PSX_20190805_153238

PSX_20190805_153309

PSX_20190805_153418

PSX_20190805_153453

PSX_20190805_153618

PSX_20190805_154107

PSX_20190805_151256

PSX_20190805_154705

Retour à la chambre, la rue déserte à notre arrivée a pris 50 décibels de plus entre la circulation, le brouhaha et la musique à fond pour la gymnastique quotidienne. 

Nous mangeons local au Mekong Crossing.

Posté par Reflexe à 02:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]